FAQ

 

Formalités de douane

Aucun VISA n'est nécessaire pour le Pérou, La Bolivie, l'Equateur ou le Brésil pour des séjours inférieur à 90 jours.

À l'arrivée dans le pays, il faut être muni d'un passeport valide 6 mois avant la date d'expiration. Vous garderez pendant votre séjour un papier du service de migration qu'il est important de conserver jusqu'à votre sortie du pays.

A quelle période de l'année faut-t-il voyager?

Il est possible de voyager toute l'année au Pérou. Le pays est divisé en 3 secteurs bien distincts.

  • Côte: hiver de mai à novembre, été de décembre à avril

  • Andes: saison sèche et froide de mai à novembre, saison humide et relativement chaude de décembre à avril

  • Amazonie: saison sèche et chaude de mai a novembre, saison des pluies humide et chaude de décembre à avril.

Si l'on veut voyager sur la côte en particulier, il faudra privilégier l'été côtier (de décembre à avril) où le ciel se dégage de la brume, qui plombe le ciel une bonne partie de l'année.
La meilleure période pour visiter les Andes est pendant la saison sèche et froide (de mai à novembre), avec une préférence pour les mois de mai et octobre: en mai, il ne pleut plus et il ne fait pas encore froid, en octobre, il ne fait plus froid et il ne pleut pas encore...
Par contre les principales fêtes en ce qui concerne le sud se trouvent aux mois de juin et juillet...
En ce qui concerne l'Amazonie, il faut éviter d'y aller pendant la période des pluies, car c'est une période relativement dangereuse à cause des glissements de terrain, entre autres.

Sécurité

Le Pérou et les autres pays d'Amérique du Sud sont en rêgle général des pays relativement sur! Comme partout sur notre planête il est important de faire attention à ses affaires et d'éviter de trop montrer ses valeurs spécialement dans des zones plus pauvres ou moins touristique. L'heure et le lieu où l'on marche ont évidemment leur importance.... En voyageant avec Pasión Andina, c'est une garantie de sécurité car nous ne vous emmènerons que très rarement dans des zones à risque et, si le cas échéant, nous vous avertirons pour ne pas rendre vos affaires de valeur avec vous.

Santé

Le voyageur est par définition la personne qui s'éloigne de son milieu ambiant habituel pour un temps défini ou indéfini, ce qui implique qu'il va vivre dans un milieu étranger, avec des conditions de vie différentes, des maladies non communes, des microbes inconnus... 

Des microbes qui ne causent aucun mal au résident habitué peuvent arriver à déranger le voyageur de passage. En fait, un simple changement des habitudes alimentaires peut déboucher en diarrhées... 

Si l'on projette de partir pour un certain laps de temps dans un pays lointain comme le Pérou, il est fortement conseillé de se faire faire un check-up complet auprès d'un médecin pour éviter d'éventuels problèmes de santé une fois sur place.

Vous pouvez consulter cette page pour plus de renseignement: www.safetravel.ch

Vaccin

Aucun vaccin n'est obligatoire pour rentrer dans le pays, c'est à dire que les autorités au passage de la douane n'exigeront aucun carnet de vaccination.

Cepandant, il est fortement recommandé d'être à jour avec les vaccins suivant: tétanos, diphtérie, hépatite A et B, rougeole, typhoïde.

Si vous avez l'intention de visiter l'Amazonie, il faut faire le vaccin contre la fièvre jaune.

Chaque voyageur est responsable d'emmener avec lui une petite pharmacie de voyage avec les médicaments de base (aspirine, imodium, anti-inflammatoire, etc)

Mal des montagnes

Régulièrement désigné sous les sigles MAM (Mal Aigu des Montagnes), il est appelé soroche au Pérou... le mal de l'altitude n'est pas à prendre à la légère.

Il n'y a ni âge ni condition physique particulière pour souffrir ou non de ce mal, aussi bien un jeune sportif comme une personne âgée peut ressentir quelques troubles, ou tout aussi bien ne rien ressentir du tout... Cependant la majorité des visiteurs qui arrivent sur les Andes expérimentent les premiers jours les symptômes légers du soroche.

On considère haute altitude les endroits qui se trouvent à plus 3000m au dessus du niveau de la mer. On peut donc dire qu'une partie non négligeable du territoire péruvien se trouve en haute altitude, et surtout, une grosse partie des endroits les plus touristiques (Cusco, Puno...).

Qu'est le mal d'altitude?

Le mal d'altitude se déclare quand un corps monte au dessus des 3000m et ne présente pas une bonne adaptation aux nouvelles conditions de vie. Par des lois naturelles de la physique, la pression atmosphérique descend au fur et à mesure que l'on s'élève en altitude...

Comme la pression atmosphérique chute, le pourcentage d'oxygène dans l'air descend aussi. Pour être plus précis, au niveau de la mer, on a 1015 millibars de pression atmosphérique. À 3300 m d'altitude, nous n'avons plus que 692 millibars, ce qui équivaut à une chute de 32%. Il en est de même avec l'oxygène.

Il n'y a pas de symptômes du soroche en dessous de 2500m mais lorsque l'on monte rapidement au dessus de 2500m, le manque d'oxygène commence à se faire sentir. Le mal d'altitude est le résultat simple d'une mauvaise oxygénation.

Apparaissent alors les premiers symptômes :

  • Migraine

  • Nausées

  • Pertes d'équilibre

  • Essoufflement au moindre effort.

Ces symptômes ne sont pas préoccupants et la majorité des personnes qui séjournent à plus de 2500m d'altitude les expérimentent. En général, les malaises s'atténuent en deux ou trois jours et sont rapidement oubliés.

Les gestes à faire

Quels sont les gestes qu'il faut faire une fois arrivé en altitude pour minimiser les symptômes?

Le mieux est de faire une montée en plusieurs étapes, de deux ou trois jours par exemple, dormant à des altitudes inférieures aux 3000m.

Mais bien souvent pour des questions de temps, un voyage comprend des connexions aériennes, ce qui fait que l'on arrive directement en altitude. Dans ce cas, une fois arrivé à l'hôtel, le mieux est de se reposer, ne pas trop bouger, ne pas faire d'efforts brusques et inutiles (éviter de porter des valises par exemple), ne courir sous aucun prétexte, même si l'on s'en sent capable, au moins après quatre ou cinq jours après avoir séjourné en altitude.

Il n'est pas non plus recommandé de trop manger les trois premiers jours et si on projette de faire un trek, il faut séjourner au moins quelques jours en altitude, tranquillement, avant de se lancer.

Aussi, l'alcool est nettement déconseillé les premiers jours.

En cas de besoin, les bons hôtels ont toujours à disposition des clients un ballon d'oxygène. Si les malaises persistent il faut consulter un médecin.

Les grimpeurs qui poursuivent une ascension malgré l'apparition de ces symptômes s'exposent à des complications cérébrales ou pulmonaires, potentiellement mortelles.

  • Œdème cérébral: Il se manifeste par des maux de tête sévères et persistants (au delà des quelques trois premiers jours qui font partie du cycle normal des premiers symptômes), des troubles de l'équilibre, des vomissements, une apathie croissante, des incohérences, pouvant aller jusqu'à la perte de connaissance et le décès.

  • Œdème pulmonaire de haute altitude: Les premières manifestations en sont la toux sèche et la diminution des performances physiques. Il est essentiel d'en faire le diagnostic sans délai.

Paradoxalement, le Mal Aigu des Montagnes (MAM) frappe avec plus de fréquence les jeunes grimpeurs ou randonneurs... les personnes d'âge mûr ayant sans doute plus conscience de leurs limites, s'exposent moins à des efforts physiques irréfléchis.

À l'heure actuelle, il n'existe pas d'examen préalable pour détecter la propension de quelqu'un à faire un MAM. Cependant, quelqu'un ayant déjà développé un MAM ou un œdème pulmonaire a plus de risques de récidiver. Il faut malgré tout ajouter que ces cas extrêmes sont relativement rares.

Il ne s'agit donc pas d'alarmer mais uniquement de prévenir. En voyageant avec Pasión Andina, vous aurez toujours une équipe compétente pour vous aider à prendre les bonnes décisions.

P.S: Il est tout à fait déconseillé de prendre des somnifères pendant un séjour en altitude. Il existe des traitements type Diamox (qui est un diurétique et qui donne de bons résultats comme traitement du mal de l'altitude). Il faut cependant dans tous les cas consulter un médecin car il arrive que l'on expérimente quelques effets secondaires désagréables.

Argent

La monnaie nationale est le Nuevo Sol (S/.) mais le dollar américain est couramment utilisé, surtout dans les lieux touristiques.

L'Euro peut se changer de plus ne plus dans les grandes villes, à des taux quelquefois plus avantageux que ceux du dollar américain.

Il n'y a pas de problème en ce qui concerne les guichets automatiques, desquels il est en général possible de retirer aussi bien des soles que des dollars. Mais il faut savoir que la carte Visa est souvent plus courante que les autres cartes (Mastercard ou American Express).

Il n'y a pas de problème non plus en ce qui concerne le change des Chèques de voyages, qui sont négociables dans la plupart des Maisons de Change, muni bien sûr de son passeport.

Il faut de toute façon favoriser le change dans les Maisons de Change plutôt que dans la rue ou dans les banques car celles-ci offrent plus de sécurité en ce qui concerne la fausse monnaie et ont des taux plus avantageux que dans les banques (qui ont bien souvent des commissions excessives).

En conclusion, nous pouvons dire que s'il est avantageux d'arriver avec ses € si l'on vient d'Europe il faut tout de même réserver une partie de son budget en monnaie américaine qui est elle, pour l'instant la monnaie qui est changeable pratiquement partout.


BLOG PASION ANDINA
Dernières nouvelles et articles proposés par Pasion Andina
Agrotourisme: Visites des plantations de café et cacao sur la route du Machu Picchu.
  Propriété de Julia et José à Huayopata L’un des reflexes communément partagé lorsque l’on vit dans un endroit touristique est souvent de penser que l’on évolue au sein d’un environnement exploité à 100% où peu voir aucune grande découverte ou nouveauté n’est envisageable. On se dit que notre terrain de jeu est connu jusque dans ses moindres recoins, que les choses sont cadrées, organisées et tournent depuis des années. On pense alors que si certains sites ont été mis en avant à travers le temps c’est parce qu’ils valaient le détour et donc par translation que les autres n’ont pas d’intérêt ou du moins qu’ils revêtent moins d’importance. On fini alors par suivre des itinéraires et des voies « classiques », à emprunter les mêmes routes, visiter...
pasion andina
newsletter
facebook youtube Google Plus
Instagram

france    german    english

Hotel and Bakery Pantastico
Notre hôtel à Cusco
Calendar

Trouvez la meilleure option pour votre voyage de groupe

Choisissez le Pays et Départ de voyage qui vous correspond!
Pays
Prochains départs